Accueil / A C T U A L I T É / 70 années d’indépendance: Faits et chiffres sur l’Inde

70 années d’indépendance: Faits et chiffres sur l’Inde

Riz amer : les enfants de minuit ont 70 ans
Faits et chiffres sur l’Inde

 

Le 15 août 1947, l’Inde est devenue indépendante. La réalité de l’Inde d’aujourd’hui en quelques faits et chiffres.

 

On dit que pour tout ce qui est vrai pour l’Inde, le contraire est tout aussi vrai. En soixante-dix ans d’indépendance, l’Inde est retournée dans la grande société des nations, dont elle faisait partie  avant de devenir une colonie britannique. Mais ses réalisations ne peuvent cacher la dégradation choquante de la vie humaine dans le pays au cours des sept dernières décennies.

La vie est indubitablement meilleure dans l’Inde indépendante. Avant 1947, l’espérance de vie à la naissance était de 32 ans, aujourd’hui elle est de 68,34 ans, ce qui est encore très faible pour une économie aussi puissante. À l’indépendance, 83% de la population était analphabète, aujourd’hui environ 74% sont alphabétisés. Bien que les chiffres officiels soient systématiquement maquillés, la proportion de personnes vivant dans la pauvreté est très prudemment estimée à 22%. Le revenu par tête a fait un bond durant ces années, la consommation d’électricité et de biens de consommation a augmenté comme jamais auparavant et sa classe moyenne baigne dans la richesse et les biens.

Il y a jusqu’à 101 Indiens dans la liste Forbes des personnes les plus riches de la planète. Les 10% les plus riches de l’Inde sont devenus de plus en plus riches depuis 2000 et détiennent maintenant environ 75% de la richesse du pays. Les 1% du top sont de plus en plus riches encore plus rapidement, détenant près de la moitié de la richesse nationale. L’inégalité des revenus en Inde, en fait, a doublé au cours des deux dernières décennies, avec  l’installation d’un capitalisme sauvage.

 

Ce pays de trois millions de kilomètres carrés, dont près de la moitié de terres arables, a la deuxième plus grande population de la planète avec au moins 18 langues principales, chacune avec des millions de locuteurs ; il héberge également le plus grand nombre de personnes affamées, pauvres et analphabètes au monde. L’échec complet du secteur de la santé publique signifie que les Indiens de toutes les classes sociales sont forcés  de se tourner vers le marché privé non réglementé de la santé, et les coûts des soins de santé sont la raison la plus importante de la chute des gens dans la pauvreté.

Le budget de la défense de l’Inde pour 2017 est estimé à 53,5 milliards de dollars. C’est le plus grand importateur mondial d’armes. Elle achète trois fois plus d’armes sur le marché international que le Pakistan et la Chine, ses voisins et rivaux, ce qui représente 14% de toutes les importations d’armes à l’échelle mondiale de 2009 à 2013. Les USA sont le plus grand fournisseur (40%), suivis par les Russes (30%) et les Français (14%). Israël fournit 4% des importations mais sa part est en train d’augmenter. L’Inde dépense 7% de son budget pour la défense, mais seulement 2,4% du PIB pour la santé et moins de 3% pour l’éducation. Pendant ce temps:

  •     200 millions de personnes souffrent de la faim en Inde
  •     1,3 million d’enfants meurent chaque année avant leur premier anniversaire
  •     1,6 millions d’enfants meurent chaque année avant d’avoir atteint l’âge de 5 ans
  •     43,5% des enfants de moins de cinq ans sont en sous-poids
  •     Le taux de mortalité infantile est de 46,07 décès / 1 000 naissances vivantes
  •     Presque la moitié des enfants abandonnent l’école avant 15 ans
  •     Les taux de mortalité maternelle sont de 200 décès / 100 000 naissances vivantes
  •     Les 10% supérieurs de la population en 2005 représentaient 31,1% de la richesse nationale, alors que les 10% inférieurs en détenaient seulement 3,6%
  •     Seulement 46,9% des 246,6 millions de foyers ont des toilettes
  •     3,2% des restants  utilisent des toilettes publiques. Et 49,8% se soulagent en plein air
  •     32% des ménages consomment de l’eau traitée et 17% vont encore puiser de l’eau d’une source située à plus de 500 mètres dans les zones rurales ou à 100 mètres dans les centres urbains
  •     67% des ménages utilisent l’électricité
  •     70% des ménages sont composés d’un seul couple
  •     Les familles indiennes vivent majoritairement – 86,6% – dans leurs propres maisons, mais
  •     37,1% habitent dans une seule pièce
  •     30% de sa population vit dans les centres urbains
  •     52% de la population active est employée dans l’agriculture, 14% dans l’industrie et 32% dans les services.
  •     Le chômage s’élève officiellement à 9,8%, mais le chiffre réel est beaucoup plus élevé
  •     La bicyclette reste le principal mode de transport
  •     Plus de 135 000 victimes d’accidents de la route sont enregistrées chaque année, dont la plupart sont des cyclistes et des piétons

 

 

L’Inde est décrite avec amour dans les grands médias occidentaux comme la plus grande démocratie au monde. Elle conserve encore les signes extérieurs d’une démocratie libérale d’inspiration occidentale avec son parlement, ses structures fédérales, ses nombreuses élections et ses partis politiques et la capacité des classes dirigeantes de répartir  pacifiquement le pouvoir entre leurs factions. Cela ne signifie pas que ses citoyens communs disposent des droits garantis qu’une démocratie devrait offrir. Chaque jour, il y a au moins quatre morts en garde à vue ou en prison, dans la majorité écrasante suite à torture. Des millions de personnes dans de grandes régions de l’Inde, que ce soit le Cachemire, les États du Nord-Est ou les peuples autochtones ont peu ou pas de garanties de droits humains. Pour eux, l’État colonial répressif a été modernisé mais pas remplacé.

Le «miracle économique» et la démocratie de l’Inde sont d’une portée limitée. Les principaux bénéficiaires de ces sept décennies ont été les Indiens urbains, aisés et des castes supérieures. Pour les autres, c’est une bonne dose de  religion les bons jours et la violence le reste du temps.

 

 

« Make in India », « Faire en Inde », est le nom d’un programme lancé en 2014 par le gouvernement de  droite nationaliste de Narendra Modi pour attirer des investisseurs dans l’industrie et les services. De nombreuses multinationales, de Foxconn à Alstom, en passant par Boeing, ont répondu à l’appel

 

Supriyo Chatterjee

Traduit par Fausto Giudice

Tlaxcala

Commentaires

commentaires

A propos de Tlaxcala

avatar

Check Also

Ce capitalisme qui doit tout à La Réforme

La Réforme a cinq siècles. Elle a transformé l’économie européenne et a largement contribué à ...