Accueil / T H E M E S / ECONOMIE / Argent / 62 personnes possèdent plus que le reste du monde !

62 personnes possèdent plus que le reste du monde !

62 personnes possèdent plus que le reste du monde !

Les 62 personnes les plus riches au monde possèdent désormais autant que la moitié de la population mondiale, soit quelque 3,5 milliards de personnes, déclare l’ONG Oxfam dans un rapport rendu public la semaine dernière. La richesse de ces 62 individus, dont 53 hommes, a augmenté de 44% depuis 2010, alors que celle des 3,5 milliards de personnes les plus pauvres chutait de 41%, précise Oxfam dans cette étude publiée à deux jours de l’ouverture du Forum économique mondial de Davos. Le rapport sur les inégalités d’Oxfam révèle que le patrimoine cumulé des 1% les plus riches du monde dépasse désormais celui des 99% restants.

« L’écart entre la frange la plus riche et le reste de la population s’est creusé de façon spectaculaire au cours des douze derniers mois », constate un rapport de l’ONG intitulé « une économie au service des 1% ». Les 1% possèdent plus que le reste du monde ! Selon l’ONG, « depuis le début du XXIe siècle, la moitié la plus pauvre de l’humanité a bénéficié de moins d’1% de l’augmentation totale des richesses mondiales, alors que les 1% les plus riches se sont partagés la moitié de cette hausse ». La moitié des super-riches vivent aux États-Unis et 17 sont originaires d’Europe. Les autres viennent de Chine, du Brésil, du Mexique, du Japon et l’Arabie Saoudite.

Déjà au 19eme siècle, plus la bourgeoisie s’enrichissait plus la misère et la pauvreté progressait à pas de géant, et n’en déplaise au forcené de l’idéologie libérale ce n’est pas le ruissèlement de la richesse de la bourgeoisie qui a fait reculer la pauvreté, mais ce sont les luttes sociales et les révoltes ouvrières qui ont réussi à rééquilibrer un tout petit peu le partage des richesses … car de tout temps, ceux qui produisent les richesses n’ont que des miettes, les exploiteurs leur volent tout, protégés par les lois de leur république. Aujourd’hui, cela n’a pas changé, proportionnellement c’est même pire !

Les salariés, sont de plus en plus exploités et aliénés, soumis au matraquage médiatique capitaliste, empêtrés dans les difficultés matérielles, sont désabusés et désorientés. Pour le capital seul compte l’exploitation maximum des salariés, en maintenant les masses dans la peur du chômage, du terrorisme, de l’insécurité permanente, qu’elle soit sociale, physique ou psychologique, et en les abreuvant sans cesse d’images et d’émissions abrutissantes, en les submergeant par un flot continu d’évènements sportifs, de fils, de reportages ou d’émissions à la con.

Face aux récentes attaques terroristes, le gouvernement a dit que le pays était en guerre, mais la guerre est surtout sociale, car toutes les lois actuelles (retraites, santé, emplois, formation, service public), remettent en cause les droits des salariés (loi Macron), présentés comme des « freins à l’emploi » (code du travail), pour « libéraliser » l’économie. Le patronat continue de dénoncer le « coût du travail », les « charges » et les impôts, voulant revenir à la période bénie d’avant le programme du Conseil National de la Résistance.

Oui, il faut proclamer l’état d’urgence, mais l’état d’urgence sociale, car les racines du terrorisme s’enfoncent dans le terreau de la misère. Il faut instaurer des règles strictes, comme par exemple fixer un revenu maximum, car le capitalisme prospère sur l’absence de règles, le fameux renard libre dans un poulailler libre ! Toucher à la répartition des profits c’est toucher au socle même du système capitaliste, à la propriété des moyens de production et à l’organisation du travail. La question du partage des richesses est la question fondamentale, à savoir quel type de société nous voulons. La captation de richesses démesurée par quelques-uns au détriment du plus grand nombre est le plus grand hold-up de l’histoire.

 Jean Pierre ACASOCA… voir ses autres articles

Commentaires

commentaires

A propos de Robert GIL

avatar

Check Also

Coke en stock (CLXIV) : Haïti, un « pays de merde » selon Trump, et la corruption de ses élites, entretenue par… les USA (a)

Je vous en avais déjà dressé un tableau édifiant en février 2017, et un an ...