Accueil / A C T U A L I T É / 60 millions de cons…ommateurs

60 millions de cons…ommateurs

 

Dire que l’industrie agro-alimentaire nous empoisonne est sans doute une affirmation trop caricaturale. Mais après la parution du hors-série intitulé « Vérités et les mensonges de l’agroalimentaire » de 60 millions de consommateurs, si vous lisez la presse vous ne retiendrez certainement que le côté négatif de l’industrie alimentaire. C’est aussi pour cela qu’après la parution de l’enquête, l’Ania (Association nationale des industries agro-alimentaires) a immédiatement riposté par l’envoi d’un courrier incendiaire au magazine, dans lequel les industriels « se plaignent d’être traînés dans la boue ».

Le magazine des consommateurs avertis et son site sont édités par l’Institut National de la consommation (INC). Peuvent-ils être soupçonnés de faire dans le sensationnalisme, certes non. Donc il y a bien un loup quelque part et de nombreuses arnaques dans nos assiettes.

Quelques exemples pas très goûteux

Des olives noires cueillies vertes et plongées dans une cuve avec de la saumure. On injectera ensuite de l’air pour oxyder les olives qui vont devenir noires. Enfin pour fixer la couleur, les industriels ajouteront du Gluconate de fer (E 579) pour obtenir un aspect lisse, ébène et uniforme.

Ou encore des clémentines également cueillies vertes qui passent par « une chambre où elles sont exposées à un gaz à base d’éthylène qui accélère la maturité des fruits pour les rendre complètement oranges ».

Foodwatch-la8818-3c3b8

Vous aimez les glaces avec un peu de crème chantilly, vous allez être servis avec des « glaces à l’air pour alléger la quantité de matière première dans le produit fini »

Maintenant entre nous, quoi de plus délicieux que de la « chair de saumon colorée grâce à une molécule de la famille des caroténoïdes. Commercialisée sous la forme de poudre ou de microbilles rouges, elle est incorporée à la nourriture des poissons pour leur donner la teinte qu’arborent les saumons sauvages se nourrissant de crevettes ».

Sans oublier le traditionnel sandwich jambon-beurre bien français avec une viande gonflée à l’eau.

Ne lisez pas les étiquettes et taisez-vous, on ne parle pas la bouche pleine

L’article d’Adeline Trégouët sur le Plus de L’Obs est très intéressant. La rédactrice en chef de 60 millions de consommateurs y parle d’un monde de l’industrie agro-alimentaire pas toujours très coopératif ou les secrets de fabrication sont parfois bien gardés.

« Nous ne demandons pas mieux que de relayer leur message sur la qualité, sur la France, pays de la gastronomie, mais quand on veut gratter, c’est très difficile »… »ce sont surtout les grosses PME qui nous ont ouvert leurs portes. Certains industriels ont tellement traîné la patte pour nous recevoir qu’ensuite il était trop tard pour écrire quoique ce soit »… »certains ont carrément refusé de nous répondre. Ce fut le cas de Grand Frais marée (pour les truites fumées tranchées à la main), Lactalis (camembert Lanquetot au lait pasteurisé) ou Terrena (steaks hachés au couteau) ».

N’oubliez pas d’emporter une loupe pour lire les étiquettes au magasin

Si faire vos courses au supermarché est une course contre la montre et que vous ne prenez jamais le temps de lire les étiquettes avant d’acheter vos produits préférés. Vous êtes un pigeon et une cible privilégiée pour les arnaqueurs. La preuve ci-dessous avec quelques exemples d’aliments juteux, salés, ou trop sucrés, en trompe-l’oeil.

 

jus_de_pomme1a5e-d62fc

maggi_boeufjd28a-755b2

macedoines_fec78-c623d

 

L’industrie agro-alimentaire en France c’est plus de 16.000 entreprises et 440.926 salariés. Un chiffre d’affaires de 170 milliards. Cependant, le premier secteur économique français n’est pas toujours irréprochable, comme le prouve l’enquête de 60 millions de consommateurs. Mais finalement, par la pertinence de ses choix alimentaires, le client n’est-il pas lui aussi responsable de la qualité des produits qui s’étalent dans les commerces d’alimentation ?

 

 

Commentaires

commentaires

A propos de gruni 57

avatar
J'ai une fâcheuse tendance à l'ambiguïté. Ce n'est pas ma faute je suis tombé dans le deuxième degré quand j'étais petit. Depuis, pour me soigner, j'ai tenté une cure prolongée sur Agoravox. Le résultat a été désastreux, c'est encore pire qu'avant. Alors ne me prenez surtout pas au sérieux, mon cas déjà désespéré pourrait s'aggraver avec une grosse tête.

Check Also

Inondations dans l’Aude

Inondations dans l’Aude : les vrais responsables du drame…   Les fortes pluies qui se ...