Accueil / A C T U A L I T É / 50 v?rit?s sur Henrique Capriles Radonski, candidat ? la pr?sidence du Venezuela

50 v?rit?s sur Henrique Capriles Radonski, candidat ? la pr?sidence du Venezuela

 

Henrique Capriles Radonsky

Le candidat de la droite v?n?zu?lienne se pr?sentera aux ?lections du 14 avril 2013 face au Pr?sident de la R?publique par int?rim Nicol?s Maduro. Mais qui est-il vraiment ?

1. N? en 1972, Henrique Capriles Radonski est issu de deux des plus puissantes familles v?n?zu?liennes, qui se trouvent ? la t?te de plusieurs conglom?rats industriel, immobilier et m?diatique (Capriles) et poss?dent le Circuit national d?exhibitions (Cinex), seconde cha?ne de cin?ma du pays (Radonsky).

2. Sa famille poss?de le quotidien ?ltimas Noticias, le plus diffus? au niveau national, des radios et une cha?ne de t?l?vision.

3. Dans les ann?es 1980, il a milit? au sein du parti d?extr?me droite?Tradici?n, Familia y Propiedad.

Ag?ncia Efe

Capriles accuse la famille de Chavez d?avoir manipul? la date de la mort du pr?sident v?n?zu?lien

4. Capriles a ?t? ?lu d?put? en 1999 pour l?Etat de Zulia en tant que membre du parti de droite COPEI. Contre toute attente et malgr? son manque d?exp?rience en politique, il a imm?diatement ?t? d?sign? pr?sident de la Chambre des d?put?s, devenant ainsi le plus jeune d?put? ? diriger la Chambre basse du Parlement.

5. En r?alit?, Capriles a r?ussi ? s?imposer face aux autres aspirants au poste, ayant une trajectoire politique plus importante gr?ce au pouvoir ?conomique et financier de sa famille qui a financ? les campagnes de nombreux d?put?s.

6. En 2000, il fonde le parti politique Primero Justicia avec le conservateur Leopoldo L?pez, et s?allie imm?diatement ? l?International Republican Institute, branche internationale du Parti r?publicain des Etats-Unis. Le pr?sident de l??poque n?est autre que George W. Bush, lequel apporte un large soutien ? la nouvelle formation politique qui s?oppose au gouvernement d?Hugo Ch?vez, notamment par le biais de la National Endowment for Democracy (NED).

7.?Selon le New York Time?? la NED a ?t? cr??e il y a 15 ans pour r?aliser publiquement ce que la Central Intelligence Agency (CIA) a fait subrepticement durant des d?cennies. Elle d?pense 30 millions de dollars par an pour appuyer des partis politiques, des syndicats, des mouvements dissidents et des m?dias d?information dans des dizaines de pays ?.

8. Selon Allen Weinstein, p?re de la l?gislation qui a donn? naissance ? la NED, ? Beaucoup de ce que nous faisons aujourd?hui a ?t? fait par la CIA il y a 25 ans de mani?re clandestine ?.

9. Carl Gershman, premier pr?sident de la NED, a expliqu? la raison d??tre de la Fondation en juin 1986 : ? Il serait terrible pour les groupes d?mocratiques du monde entier d??tre vus comme subventionn?s par la CIA. Nous avons vu cela dans les ann?es 1960, et c?est pour cela qu?on y a mis un terme. C?est parce que nous n?avons pas pu continuer ? le faire que la fondation [la NED] a ?t? cr??e ?.

10. Durant son mandat de maire de la municipalit? de Baruta, Capriles a sign? plusieurs accords avec le FBI ?tasunien afin de former sa police municipale, et a re?u des fonds de l?ambassade des Etats-Unis pour cette mission.

11. Henrique Capriles a activement particip? au coup d?Etat contre Hugo Ch?vez, organis? par les Etats-Unis, en avril 2002. Maire de Baruta, il a fait arr?ter de nombreux partisans de l?ordre constitutionnel dont Ram?n Rodr?guez Chac?n, alors ministre de l?Int?rieur et de la Justice, lequel a ?t? violemment agress? par les partisans du putsch devant les cam?ras de t?l?vision.

12. A ce sujet, les propos de Rodr?guez Chac?n sont sans ?quivoque : ? Je leur? ai fait part [? Henrique Capriles et Leopoldo L?pez venus l?arr?ter] du risque, du danger qu?il y avait pour mon int?grit? physique [de sortir au milieu de la foule]. J?ai sugg?r? de passer par une autre sortie et la r?ponse que j?ai re?ue de Capriles, pr?cis?ment, a ?t? n?gative, car, m?a-t-il dit, les cam?ras se trouvaient devant l?immeuble. Ils voulaient me faire sortir devant les cam?ras, pour m?exhiber, pour se vanter [d?avoir proc?d? ? mon arrestation] ?.

13. Quelques jours avant le coup d?Etat, Capriles est apparu devant les cam?ras de t?l?vision en compagnie des dirigeants de son parti politique Primero Justicia pour r?clamer la d?mission d?Hugo Ch?vez, des d?put?s de l?Assembl?e nationale, du Procureur de la R?publique, du D?fenseur du peuple et du Tribunal Supr?me de Justice. Suite au coup d?Etat du 11 avril 2002, la premi?re d?cision prise par la junte putschiste a ?t? pr?cis?ment de dissoudre tous ces organes de la R?publique.

14. En avril 2002, Primero Justicia, a ?t? le seul parti politique ? accepter la dissolution forc?e de l?Assembl?e nationale ordonn?e par la Junte putschiste de Pedro Carmona Estanga.

15. Durant le coup d?Etat d?avril 2002, Capriles a ?galement particip? au si?ge de l?ambassade cubaine de Caracas, organis?e par l?opposition v?n?zu?lienne et l?extr?me droite cubano-am?ricaine. Henry L?pez Sisco, complice du terroriste cubain Luis Posada Carriles, qui est responsable de plus d?une centaine d?assassinats, dont l?attentat contre l?avion civil de Cubana de Aviaci?n qui a co?t? la vie ? 73 personnes le 6 octobre 1976, ?tait pr?sent.

16. Apr?s avoir coup? l?eau et l??lectricit?, Capriles, pensant que le vice-pr?sident de l??poque Diosdado Cabello, ?tait r?fugi? au sein de l?entit? diplomatique, est entr? et a exig? de l?ambassadeur de fouiller les lieux, violant ainsi l?Article 22 de la Convention de Vienne, stipulant que les repr?sentations diplomatiques sont inviolables.

17. Germ?n S?nchez Otero, ? l??poque ambassadeur cubain au Venezuela, lui avait r?torqu? : ? Si vous connaissez le droit international, vous devez savoir le Venezuela tout comme Cuba ont le droit d??valuer la possibilit? d?octroyer l?asile politique ? tout citoyen dans n?importe quelle repr?sentation diplomatique. Un d?mocrate, un humaniste, ne peut pas permettre que des enfants soient priv?s d?eau, de nourriture et d??lectricit? ?.

18. A sa sortie de l?ambassade, Capriles, loin de calmer la foule excit?e, a d?clar? ? la presse qu?il n?avait pas ?t? autoris? ? fouiller la repr?sentation diplomatique et qu?il ?tait dans l?impossibilit? de confirmer ou d?infirmer la pr?sence de Cabello, attisant les tensions.

19. Pour sa participation au coup d?Etat, Capriles a ?t? mis en examen et mis en d?tention pr?ventive apr?s s??tre soustrait ? la justice.

20. Le procureur de la R?publique Danilo Anderson en charge du dossier Capriles a ?t? assassin? en novembre 2004 lors d?un attentat ? la voiture pi?g?e.

21. En 2006, Capriles a ?t? acquitt? par les tribunaux.

22. En 2008, une nouvelle proc?dure p?nale a ?t? lanc?e et suit toujours son cours.

23. Suite ? son ?lection en 2008 en tant que gouverneur de l?Etat du Miranda, Capriles a expuls? des installations de la r?gion les fonctionnaires charg?s des programmes sociaux mis en place par le gouvernement de Ch?vez.

24. Dans son programme ?lectoral, Capriles promet de lutter contre la d?linquance. N?anmoins, depuis son arriv?e au pouvoir ? Miranda, l?ins?curit? a explos?, faisant de l?Etat l?un des trois les plus dangereux du Venezuela. Entre 2011 et 2012, le taux d?homicides a augment? de plus de 15%.

Ag?ncia Efe

Capriles durant un de ses premiers voyages ? la recherche de votes pour les ?lections d?avril de 2013

 

25. Malgr? ce bilan, Capriles, r??lu en 2012, refuse toujours l?implantation de la Police nationale bolivarienne sur le territoire dont il a la gestion.

26. Entre 2008 et 2012, Capriles a cong?di? plus de mille fonctionnaires dans l?Etat du Miranda ? qui travaillaient dans le secteur culturel et ?taient soup?onn?s d??tre proches de l?ancien gouverneur chaviste Diosdado Cabello. Capriles a ainsi proc?d? ? la fermeture de dizaines de biblioth?ques.

27. En 2012, Capriles s?est secr?tement r?uni en Colombie avec le g?n?ral Martin Demsey, chef d?Etat Major des Etats-Unis. Rien n?a filtr? de ces discussions.

28. Capriles ne cesse de se r?clamer de l?ancien pr?sident br?silien Lula da Silva. N?anmoins, ce dernier a apport? ? maintes reprises son soutien ? Hugo Ch?vez, notamment lors des derni?res ?lections d?octobre 2012. ? Ton triomphe sera le n?tre ?, avait-il d?clar? dans un message d?appui au Pr?sident Ch?vez.

29. Candidat ? l??lection pr?sidentielle de 2012, au nom de la Mesa Unidad Democr?tica qui a regroup? les partis d?opposition, Capriles a perdu le scrutin par plus de 10 points d??cart.

30. En cas de victoire aux ?lections pr?sidentielles du 14 avril 2013, Capriles a promis l?amnistie ? Pedro Carmona Estanga, ancien pr?sident du patronat v?n?zu?lien qui avait pris la t?te de la junte militaire lors du coup d?Etat d?avril 2002, actuellement en fuite en Colombie.

31. Le programme pr?sidentiel de Capriles est d?essence n?olib?rale et pr?conise une acc?l?ration des privatisations dans une ?conomie d?j? contr?l?e ? plus de 70 % par le secteur priv?, une autonomie et une d?centralisation.

32. En cas de victoire de Capriles, l?entreprise p?troli?re nationale Petr?leos de Venezuela S.A. (PDVSA), ne sera plus contr?l?e par le pouvoir politique.

33. Le programme de Capriles pr?voit la suspension de l?aide financi?re qu?octroie PDVSA au Fonds de d?veloppement national, lequel finance les infrastructures et les programmes sociaux.

34. Capriles imposera ?galement une augmentation du prix de l?essence consomm?e sur le march? national.

35. Les r?formes agraires r?alis?es sous le gouvernement de Ch?vez seront annul?es et les terres restitu?es aux latifundistes.

36. La loi sur la p?che, dont ont b?n?fici? des dizaines de milliers de travailleurs de la mer, sera ?galement abrog?e.

37. Capriles autorisera la culture au Venezuela d?organismes g?n?tiquement modifi?s.

38. Capriles se propose ? d?incorporer dans le syst?me ?ducatif primaire et secondaire des th?mes d?monstratifs sur la connexion entre la propri?t?, le progr?s ?conomique, la libert? politique et le d?veloppement social ?

39. Capriles pr?voit d?accorder une ind?pendance totale ? la Banque centrale du Venezuela, afin d??viter tout contr?le d?mocratique sur les politiques financi?res et mon?taires, et lui ? interdira de financer les d?penses publiques ?.

40. Capriles a annonc? qu?il mettrait fin ? la relation sp?ciale avec Cuba, ce qui affectera les programmes sociaux dans les domaines de la sant?, de l??ducation, du sport et de la culture.

41. Capriles mettra un terme ? l?Alliance Bolivarienne pour les peuples de notre Am?rique (ALBA), organisme d?int?gration r?gionale.

42. Capriles supprimera le programme Petrocaribe qui permet actuellement ? 18 pays d?Am?rique latine et de la Cara?be, soit 90 millions de personnes, d?acqu?rir du p?trole subventionn? et d?assurer leur approvisionnement ?nerg?tique.

43. Capriles pr?voit de signer des trait?s de libre ?change (TLC), notamment avec les Etats-Unis et l?Union europ?enne.

44. Capriles pr?voit de redonner la concession hertzienne ? la cha?ne RCVT, qui ?met d?sormais par c?ble et satellite, malgr? sa participation ouverte au coup d?Etat d?avril 2002.

45. Capriles interdira tous les programmes politiques sur la cha?ne nationale Venezolana de Televisi?n, laissant ainsi le monopole du d?bat citoyen aux cha?nes priv?es.

46. Capriles pr?voit de ? superviser et contr?ler la prolif?ration des radios [?] et de r?guler la croissance des radios communautaires ?.

47. Le programme de la MUD pr?voit de r?duire de fa?on substantielle le nombre de fonctionnaires.

48. Le FONDEN, fonds sp?cial destin? ? financer les programmes sociaux, sera ?limin?.

49. Capriles mettra un terme ? la r?gulation des prix qui permet ? toute la population d?acqu?rir les produits de premi?re n?cessit?.

50. Capriles accuse le gouvernement v?n?zu?lien et la famille d?Hugo Ch?vez d?avoir occult? la mort de ce dernier. Selon lui, son d?c?s serait survenu avant le 5 mars 2013.

Salim Lamrani

Article publi? initialement en portugais :

http://operamundi.uol.com.br/conteudo/opiniao/27872/50+verdades+sobre+henrique+capriles+candidato+opositor+a+presidencia+da+venezuela.shtml

Docteur ?s Etudes Ib?riques et Latino-am?ricaines de l?Universit? Paris Sorbonne-Paris IV,?Salim Lamrani?est Ma?tre de conf?rences ? l?Universit? de la R?union, et journaliste, sp?cialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis.

Son dernier ouvrage s?intitule ?tat de si?ge. Les sanctions ?conomiques des Etats-Unis contre Cuba, Paris, ?ditions Estrella, 2011 (prologue de Wayne S. Smith et pr?face de Paul Estrade).

Contact : lamranisalim@yahoo.fr ; Salim.Lamrani@univ-reunion.fr

Page Facebook 😕https://www.facebook.com/SalimLamraniOfficiel

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (5)

Alors que les groupes de milices se sont répandus aus USA, et notamment au Michigan ...