Accueil / T Y P E S / Articles / 40 articles sur la bouffe industrielle

40 articles sur la bouffe industrielle

Par?Fabrice Nicolino

Amis lecteurs, je ne pouvais manquer de vous signaler le hors-s?rie deCharlie Hebdo?qui vient de para?tre. Au moins pour deux raisons. La premi?re, c’est qu’il parle de l’industrialisation de la bouffe, ph?nom?ne inou? qu’il est tr?s difficile – je dirais?: impossible – d’appr?hender dans toutes ses dimensions. En un peu plus d’un si?cle, ce qu’on appelait jadis la nourriture est devenu une abstraction, une activit? transnationale dont l’un des piliers est l’amoralit?. La seconde raison, c’est que j’ai ?crit la totalit? de la quarantaine d’articles que contient ce hors-s?rie. Les dessins sont de Charb, de Luz, de Catherine, d’Honor?, de Cabu, de Riss, de Tignous, et les textes sont de moi. Autrement dit, en bien ou en mal, tout me revient. Dois-je faire de la r?clame pour mon propre travail?? Ben oui, quand m?me un peu. Et puis, il serait curieux que je ne parle pas de ce qui m’a occup? un peu et parfois beaucoup au cours des mois ?coul?s. ? ceux qui ach?teraient ce hors-s?rie, qui le liraient et qui finalement l’appr?cieraient, il n’est pas interdit d’en parler. Sans hypocrisie, je dois ?crire ici que cela me ferait plaisir.


Lobby agroalimentaire?: pourquoi ils tiennent le manche

Pas la peine de r?ver?: ils tiennent tous les leviers. L’industrie de la bouffe a install? ses hommes dans les minist?res, le syndicat agricole (FNSEA), les coop?ratives, partout. Il n’y a qu’une voie ouverte?: la r?volte. Mais pourquoi?? Oui, pourquoi ne peut-on rien faire contre l’industrie de l’alimentation?? Pourquoi finit-elle toujours par gagner?? Pourquoi le sel et le sucre dans les plats?? Pourquoi l’huile de palme?? Pourquoi le suremballage et les minidoses qui co?tent dix fois plus cher, pourquoi les colorants, les additifs, la pub mensong?re, et, surtout, pourquoi notre impuissance compl?te ? obtenir la moindre am?lioration??

Parce que. Parce qu’il n’existe pas en France de puissance industrielle sup?rieure ? celle du lobby agroalimentaire. Communiqu? du minist?re de l’Agriculture, le 26 f?vrier 2013?: ??Avec pr?s de 13.500 entreprises et plus de 400.000 salari?s, les industries agroalimentaires restent le premier employeur en France.?? Mieux, c’est-?-dire pire pour nous?: ces bo?tes ne sont pas, pour l’essentiel, d?localisables. Elles assurent du taf en France, mais la moindre embrouille de concurrence peut jeter de nouveaux ch?meurs sur le pav?, sans compter les tombereaux de purin dans les pr?fectures. Il ne faut donc pas bouger. Il faut juste applaudir. Commentaire de l’Association nationale des industries alimentaires?(ANIA), c?ur du lobby, ? propos du bilan 2001 du secteur?: ??L’industrie agroalimentaire?(…)?r?siste ? la d?sindustrialisation du territoire. De fait, depuis 1998, les effectifs de l’agroalimentaire sont rest?s stables, contrairement ? l’ensemble de l’industrie, qui a connu un recul de plus de 16 %.??

LA BOUFFE, UNE HISTOIRE D’AMOUR

Ajoutons pour avoir bien mal un autre commentaire de cette m?me ANIA, le 22 mai 2012?: ??Nous nous f?licitons que, pour la premi?re fois, l’intitul? de notre minist?re de tutelle int?gre explicitement l’agroalimentaire.?? Quatre jours plus t?t, le socialo St?phane Le Foll est en effet devenu ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la For?t. On n’avait encore jamais vu en France un ministre de l’Agroalimentaire, et ce n’est pas tout. Le 21 juin 2012, Le Foll est rejoint par un ministre d?l?gu? ? l’Agroalimentaire, Guillaume Garot. L’industrie mouille sa vaste culotte. Pourquoi tant d’amour?? On ne peut qu’effleurer une histoire incestueuse, qui a toutes les apparences d’une vaste structure paratotalitaire. Tout commence ? la sortie de la guerre, apr?s 1945. Il s’agit de bouffer, d’oublier les tickets de rationnement, les rutabagas, l’ersatz de caf?. Avec les meilleures intentions du monde, une g?n?ration de jeunes souvent issus de la R?sistance prend le manche. Michel Debatisse, qui deviendra le ponte de la FNSEA et finira ministre giscardien, a 16 ans en 1945. ? la t?te duCentre national des jeunes agriculteurs?(CNJA), il entend dynamiter les vieilles structures paysannes en profitant du plan Marshall, qui d?verse en Europe une aide massive. En 1946, des agronomes enthousiastes, de gauche en g?n?ral – un Raymond F?vrier, un Jacques Poly -, cr?ent l’Institut national de la recherche agronomique?(INRA), qui a exactement les m?mes objectifs.

Du c?t? des industriels sortis des catacombes de la guerre, c’est une divine surprise?: on ne parle plus que des nouveaux produits?made in America?que sont les pesticides, les engrais, les tracteurs. Fernand Willaume est le personnage cl? de l’explosion de l’agriculture industrielle qui, de 1945 ? 1960, va installer ? tous les postes des copains et des oblig?s. Willaume, ing?nieur agronome avant la guerre, est d?sormais l’homme lige de l’industrie. Il imagine d?s 1945 le ??Comit? de propagande pour la d?fense des cultures?? (rigoureusement sic), lance la soci?t? d’?dition?Ruralia, qui ?ditera un journal essentiel,Phytoma. Tous, qu’ils soient fonctionnaires du minist?re de l’Agriculture, agro-nomes de l’INRA, jeunes paysans ? la Debatisse, industriels ? la Willaume, vont communier dans la m?me adoration du ??progr?s?? technique. On peut parler d’un pacte, m?me si le mot n’a jamais ?t? prononc?. Malgr? l’?vidence de changements majeurs, il n’a pas ?t? franchement rompu. Depuis plus de cinquante ans, le minist?re de l’Agriculture cog?re ainsi avec la FNSEA, officiellement un syndicat, les affaires agricoles. Et les deux ont programm?, accompagn?, soutenu la disparition des paysans et leur remplacement par les machines et l’intensification.

UNE GRANDE FAMILLE

Un immense jeu de chaises musicales n’a fait que d?placer des pions sur l’?ternel m?me damier. Tirons un ou deux fils actuels. Qui est le pr?sident en titre de la FAO, l’agence de l’ONU pour l’agriculture et l’alimentation, c?ur nucl?aire de l’agriculture industrielle?? Luc Guyau, ancien ?leveur industriel de Vend?e, mais surtout ancien pr?sident de la FNSEA, bien entendu membre ?minent de l’UMP. ? l’automne 2009, Sarkozy, alors pr?sident, pousse sa candidature, et emporte le morceau. Qui est aujourd’hui pr?sident de la FNSEA?? Xavier Beulin, gros c?r?alier de la Beauce, mais aussi patron d’une?holding?invraisemblable appel?e?Sofiproteol, bras ??financier et industriel de la fili?re fran?aise des huiles et prot?ines v?g?tales??. Chiffre d’affaires de ce monstre m?connu?: 7,3 milliards d’euros en 2012.?Sofiproteol, c’est l’industrie des?biocarburants,?qui transforme des plantes alimentaires en carburant automobile, dans un monde qui compte pr?s d’un milliard d’affam?s chroniques.?Encore bravo. Mais il serait injuste d’en rester l?.Sofiproteol?est dans le capital de la coop?rative agricole?In Vivo, g?ant de 5,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Le temps des coop?ratives agricoles ? l’?chelle du canton, amis na?fs, c’est fini. Aujourd’hui, les coop?ratives agricoles sont des acteurs transnationaux, pardi. Donc,?Sofiproteol?est dans?In Vivo. Mais qui a cr???Sofiproteol???La F?d?ration fran?aise des producteurs d’ol?agineux et de prot?agineux ou FOP, qui est une branche du… syndicat FNSEA.?William Saurin, groupe industriel de la bouffe qu’on ne pr?sente plus, a ?t? vendu ??Lesieur?en 1979, mais?Lesieur?appartient aujourd’hui ??Sofiproteol, dirig? par le grand syndicaliste de la FNSEA Xavier Beulin.

On pourrait continuer de la sorte jusqu’en 2050?: tout est dans tout et inversement. Et c’est pourquoi votre fille est muette. Il n’y a en effet rien ? dire. Sans sursaut historique de la soci?t?, sans bataille au couteau contre ceux qui tiennent l’industrie de l’alimentation, rien ne changera. Demain, un mouvement des consommateurs enfin radical??

Fabrice Nicolino

(Illustration de Riss)

fabrice-nicolino.com

En vente partout

Ou ? commander?ici

altermonde-sans-frontiere.com

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Election 2020 (II) : « sittin in limbo » ?

Les machines utilisées pour cette élection ne sont certes toujours pas sûres, mais des règle ...