Accueil / T Y P E S / Articles / 30? ? l?ombre en attendant le 11 septembre : Prologue (1/6)
Comment dire… Ma biens?ance est gouvern?e par ma panse. Et elle m’impose de r?pondre par l’affirmative ? chaque invitation d?natoire, sans exception aucune, m?me avec des extr?mistes. Au regard du m?pris s?culaire de mon boucher, je ne peux que me joindre ? la table des barbares pr?sum?s. Ma gourmandise ne fait pas dans la politique [...]

30? ? l?ombre en attendant le 11 septembre : Prologue (1/6)

Comment dire? Ma biens?ance est gouvern?e par ma panse. Et elle m?impose de r?pondre par l?affirmative ? chaque invitation d?natoire, sans exception aucune, m?me avec des extr?mistes. Au regard du m?pris s?culaire de mon boucher, je ne peux que me joindre ? la table des barbares pr?sum?s.

Ma gourmandise ne fait pas dans la politique et encore moins dans la th?ologie, mais j?avoue cultiver une m?fiance certaine ? l??gard des barbus, a fortiori cuisiniers. Ce n?est pas que je craigne un moutonicide imaginaire ? m?me la baignoire, mais les poils fourchus dans mon assiette tr?s peu pour moi ! Malgr? tout, j?allais tromper mon imp?rialiste restaurant am?ricain pour des mets terroristes.

Ce soir ? V?nissieux la communiste, au 13? ?tage de cette tour plus bancale que v?tuste, avec ascenseurs et fragrance d?urines les jours de chance, nous c?l?brions le d?part de mon meilleur ennemi. Oui, mon meilleur ennemi. Mais ne vous m?prenez pas, il ressemblait en tous points ? la d?finition la plus fid?le que j?ai de la famille. Ceci ?tant nous ?tions les exacts oppos?s. Tout nous s?parait et pourtant nous ne pouvions pas rester loin de l?autre trop longtemps.

Nous voulions toujours avoir tous deux raison mais pas pour les m?mes tords. Il avait tout d?un ?corch? vif et moi, sans le savoir, le parfait tranchant de la lame. J?en veux pour preuve nos sujets de discorde favoris, la nature illimit?e de mes sarcasmes face ? son respect quasi divin pour la figure maternelle. Celle-ci ?tant souvent associ?e ? mes ?lucubrations fortement imag?es en fin de phrase, il n?en fallait pas plus d?clencher une guerre de tranch?e dans le p?rim?tre de sa chambre!

Parfois lorsque l?esclandre et la punchline se faisaient trop cinglantes, mon meilleur ennemi, un homme un tantinet sanguin s?enqu?rait d?un couteau ? large larme et me poursuivait dans la cage d?escalier du treizi?me ?tage au rez-de-chauss?e. Une fois dans le hall d?entr?e, je bondissais derri?re un muret et de l?, je trouvais une position strat?gique pour continuer mon allocution ? couvert. ? cette ?poque, la conversation se terminait sur une analogie entre mon avenir et l?assassinat de Laurent-D?sir? Kabila. Toutes les guerres ayant leur tr?ve et tous les couples leur logique, je finissais par aller acheter une bouteille de Fanta citron et je faisais amende honorable. Enfin, au moins jusqu?? la prochaine crise ?dipienne !

Mais revenons plut?t au d?ner th?ologique. Pour l?occasion, le colocataire de circonstance de mon meilleur ennemi et ses coll?gues de la pri?re du vendredi avaient concoct? des grillades, des l?gumes vapeur, du th? ? la menthe et quelques p?tisseries pour m?achever. C??tait un fondamentaliste moderne, le colocataire de circonstance de mon meilleur ennemi, le genre avec la derni?re paire de Air Max, la Playstation, l?album ? La racaille sort un disque ? de NAP et un DESS en communication, un pur produit d??poque vous dis-je. Sa vitrine mod?r?e ne m?emp?chait pourtant pas de l??viter comme la peste. Point trop d?urbanit? n?en faut !

? chaque fois que nous tombions nez-?-nez dans leur minuscule appartement, il tentait syst?matiquement de me donner la bonne parole avec une conversion ? la cl?. Je ne pouvais pas lui en vouloir, il ?tait en confiance. Le maire de V?nissieux laissait le fameux Imam gambader dans toute la ville, le plus tranquillement du monde, m?me devant l?arr?t du bus 48 Express, l? o? lui et son ?quipe tenaient la jambe et le crachoir du pauvre malheureux qui n?avait pas son crucifix sur lui. Et pour cause, le noir et la conversion ? l?islam, c?est comme les blondes et la conversion ? la n?grophilie.

Le fameux colocataire de mon meilleur ennemi tenta ce soir l?, une ?ni?me fois, de me faire adh?rer au club en flattant mon surmoi. Mais j?avais un os occipital d?ficient, les informations avaient du mal ? arriver jusqu?? mon ?go. Sans compter qu?entre manger et penser il faut choisir et mon camp ?tait tout d?sign? : je ne crois qu?en ce que je dig?re. D?ailleurs si j?avais pris ma retraite du milieu en quittant l??quipe de J?sus, ce n??tait s?rement pas pour en int?grer une autre. De toute mani?re, je ne suis d?j? pas d?accord avec moi-m?me, alors avec un Dieu hypoth?tique?

Mon ennemi et moi ?tions un couple dysfonctionnel soit. Mais pire, nous n??tions que les deux tiers d?un m?nage ? trois. Durant ce repas d?adieu, il manquait ce dernier tiers, le mauvais g?nie de mon meilleur ennemi celui qui faisait le lien parfait entre l??corch? vif et la lame. Ce bon monsieur avait d?clin? l?invitation. Officiellement pour une obscure histoire de concours ? La meilleure crocheteuse de braguette du monde, du soir ?. Officieusement d?apr?s lui, Dieu ce sont ceux qui en parlent le moins qui le pratique le mieux. Puis le mauvais g?nie ?tant le plus sentimental de nous trois, ? comme il lui ?tait dur de dire au revoir.

Mais nous trois, nous avions une modeste religion o? nous ?tions en communion, o? nous ne parlions pas un ballon ? la main sur un morceau de playground municipal. Un paradis gratuit et sans engagements. Dor?navant, ? 30? ? l?ombre, nous serions un de moins sur le terrain de basket. Nous serions un de moins tout court.



Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le petit monde de Donald (11): le petit Goebbels et l’échalas gay du White Power

De pire en pire a-t-on déjà dit précédemment ? La preuve encore aujourd’hui avec l’individu ...