Accueil / T Y P E S / Billets / 25 juin 2009: une journ?e vraiment Bad
Photo : Flickr Donnie Brasco

25 juin 2009: une journ?e vraiment Bad

Photo : Flickr Donnie Brasco
Photo : Flickr Donnie Brasco

Peter Pan, roi de la pop, extraterrestre? Les appellations d?origine incontr?l?e auront ?t? nombreuses pour qualifier Michael Jackson. Rarement un artiste aura d?cha?n? autant les passions et aliment? les manchettes de journaux. Sa mort brutale lui assure une place dans le panth?on des l?gendes de la musique.

Il a ?t? rou? de rumeurs, macul? de scandales. On l?a adul?, photographi? sous tous les angles, soumis ? des sp?culations sentant parfois le caniveau. Michael Jackson, mort ? 50 ans, c??tait presque la fin programm?e d?un artiste insaisissable, fragile, tortur?, p?tri d?un talent aux contours divins. Elvis Presley n??tait pas parfait, Marylin Monroe non plus. Les mythes n?aiment pas la vieillesse.

Je fais partie de cette g?n?ration qui a dans? sur ses albums. Jackson en solo, c??tait surtout une trilogie fa?on Guerre des ?toiles : Off the wall, Thriller, Bad. Les suites ont ?t? moins bonnes, elles sentaient la fin de r?gne. Et puis les scandales, les doutes, la chirurgie esth?tique puissance Five? La d?cadence, l?aura d?clinante. Pas facile, la vie d?enfant prodige? Quand on aime vraiment un artiste, on lui pardonne – presque – tout. L?exception engendre souvent la cl?mence. Moi, ma zappeuse est rest?e bloqu?e sur ce jeune homme aux cheveux cr?pus et au nez aplati. Quand le tsunami Thriller a tout emport? sur son passage, la transformation physique ?tait d?j? entam?e, mais Michael ressemblait encore ? Jackson. Une b?te de sc?ne, un pr?curseur, une tessiture de voix reconnaissable entre mille.

Imit?, jamais ?gal?

Quand on est un fan de Michael Jackson, on tente de reproduire son c?l?bre Moonwalk ? l?abri des regards, sur un sol qui ne veut rien savoir. On a beau passer en boucle ce pas de danse enchanteur, rien n?y fait : tu ne seras pas Michael Jackson mon fils. On fredonne aussi dans un anglais approximatif, presque phon?tique, les paroles de ses chansons les plus connues, dont Billie Jean. On y voit le ph?nom?ne fig? sur la pointe des pieds, tournoyant sur lui-m?me ou encore levant sa jambe droite dans un mouvement ?clair qui a fait sa marque de fabrique. On aimerait reproduire ces gestes sur une piste de danse, devant des amis, des petites copines, mais on se ravise pour se pr?munir du ridicule et de quelques luxations.

C?est sans doute dans la mort que l?on mesure les grands destins. La disparition du roi de la pop a cr?? une onde de choc ? travers le monde (et enrichi au passage les fabricants de mouchoir), comme on ne l?avait pas vu depuis Elvis Presley. Un autre King. Une autre ?poque.

Michael Jackson a donc rejoint le clip de Billie Jean. Vous savez, lorsqu?il finit par dispara?tre et qu?on le suit ? la trace gr?ce ? ces carr?s au sol qui s?illuminent sous ses pas de fant?me. L?ic?ne est morte, mais sa musique n?est pas pr?te de s??teindre. Sa r?v?rence soudaine devrait d?ailleurs doper les ventes de ses albums. Le souvenir par cartes bancaires interpos?es.

Ce que je retiendrai de Michael Jackson? Une chanson, Rock with you, avec sa chor?graphie et son d?cor minimalistes. Mais le charme op?re, dans un subtil m?lange de retenue et de classe. Le rythme, lui, est incrust? sous la peau d??b?ne d?un jeune chanteur recouvert d?un habit ?tincelant et qui d?coche son bonheur ? pleines dents.

(texte paru dans le journal La Presse le samedi 27 juin).

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

France – Allocations familiales: des incohérences à corriger !

Projet de suppression des AF pour les ménages les plus aisés : une économie budgétaire ...