Accueil / T H E M E S / ENVIRONNEMENT / L?HOMME ET L?ENVIRONNEMENT: DES DEFIS POUR UN GOUVERNEMENT CITOYEN

L?HOMME ET L?ENVIRONNEMENT: DES DEFIS POUR UN GOUVERNEMENT CITOYEN

PLANETE TERRE

 

L?HOMME ET L?ENVIRONNEMENT: DES DEFIS POUR UN GOUVERNEMENT CITOYEN

 

?L?homme est le seul ?tre vivant capable de d?truire le milieu naturel pour l?adapter ? ses besoins et caprices.? Rai.e.vi

 

En 2002, un sommet de la Terre ? Johannesburg, organis? par les Nations Unies compta avec la pr?sence de plus de cent chefs d??tat et plus de 60.000 participants (ONG, journalistes, patrons de grandes entreprises, public). Le pr?sident fran?ais Jacques Chirac pendant son discours pronon?a une petite phrase r?v?latrice de la trag?die qui menace? l?humanit? et de l?irresponsabilit? des gouvernants mondiaux : ?la maison br?le et nous regardons ailleurs!?

Au fil des ann?es, depuis le milieu du si?cle dernier, ?cologistes, scientifiques, experts des Nations-Unies ne cess?rent d?alerter les? responsables politiques mondiaux contre les dangers que les activit?s humaines font planer sur la survie de notre esp?ce. Pendant la d?cennie de 70, les gouvernements nationaux sous le feu des organisations ?cologistes furent contraints de montrer un minimum d?int?r?t pour la pr?servation des ?cosyst?mes et le combat ? la pollution.

En juin de 72, ? Stockholm, en Su?de, les Nations-Unies organis?rent une importante conf?rence sur l?environnement. Une d?claration de principes fut sign?e. Elle s?adressait en premier lieu aux pays voulant contribuer ? la pr?servation des ?cosyst?mes. Je transcris quelques-uns des points de la d?claration finale:

? L’homme est ? la fois cr?ature et cr?ateur de son environnement, lequel lui assure la subsistance physique et lui offre la possibilit? d’un d?veloppement intellectuel, moral, social et spirituel. Les deux ?l?ments de son environnement, l’?l?ment naturel et celui qu’il a lui-m?me cr??, sont indispensables ? son bien-?tre et ? la pleine jouissance de ses droits fondamentaux, y compris le droit ? la vie. La protection et l’am?lioration de l’environnement est une question d’importance majeure qui affecte le bien-?tre des populations et le d?veloppement ?conomique dans le monde entier ; elle correspond au v?u ardent des peuples du monde entier, et constitue un devoir pour tous les gouvernements. Les exemples de dommages, de destruction et de d?vastation provoqu?s par l’homme se multiplient sous nos yeux en de nombreuses r?gions du globe. On constate des niveaux dangereux de pollution de l’eau, de l’air, de la terre et des ?tres vivants, des perturbations profondes et regrettables de l’?quilibre ?cologique de la biosph?re, la destruction et l’?puisement de ressources irrempla?ables et, enfin, de graves d?ficiences qui sont dangereuses pour la sant? physique, mentale et sociale de l’homme, dans l’environnement qu’il cr?e, et en particulier dans son milieu de vie et de travail.

Les hommes sont ce qu’il y a de plus pr?cieux au monde. C’est le peuple qui anime le progr?s social et cr?e la richesse de la soci?t?, qui d?veloppe la science et la technique et, par son dur travail, transforme sans cesse l’environnement. Nous pouvons, par ignorance ou par n?gligence, causer des dommages consid?rables et irr?versibles ? l’environnement terrestre dont d?pendent notre vie et notre bien-?tre. En revanche, en approfondissant nos connaissances et en agissant plus sagement, nous pouvons assurer, ? nous-m?mes et ? notre post?rit?, des conditions de vie meilleures dans un environnement mieux adapt? aux besoins et aux aspirations de l’humanit?. D?fendre et am?liorer l’environnement pour les g?n?rations pr?sentes et ? venir est devenu pour l’humanit? un objectif primordial, une t?che dont il faudra coordonner et harmoniser la r?alisation avec celle des objectifs fondamentaux d?j? fix?s, de paix et de d?veloppement ?conomique et social dans le monde entier.?

Des principes essentiels qui font partie de la d?claration :

?L’homme a un droit fondamental ? la libert?, ? l’?galit? et ? des conditions de vie satisfaisantes, dans un environnement dont la qualit? lui permette de vivre dans la dignit? et le bien-?tre. Il a le devoir solennel de prot?ger et d’am?liorer l’environnement pour les g?n?rations pr?sentes et futures. L’homme a une responsabilit? particuli?re dans la sauvegarde et la sage gestion du patrimoine constitu? par la flore et la faune sauvages et leur habitat, qui sont aujourd’hui gravement menac?s par un concours de facteurs d?favorables. Les ressources non renouvelables du globe doivent ?tre exploit?es de telle fa?on ? ce qu’elles ne risquent pas de s’?puiser et que les avantages retir?s de leur utilisation soient partag?s par toute l’humanit?. Les rejets de mati?res toxiques ou d’autres mati?res et les d?gagements de chaleur en des quantit?s ou sous des concentrations telles que l’environnement ne puisse plus en neutraliser les effets doivent ?tre interrompus de fa?on ? ?viter que les ?cosyst?mes ne subissent des dommages graves ou irr?versibles. Les Etats devront prendre toutes les mesures possibles pour emp?cher la pollution des mers par des substances qui risquent de mettre en danger la sant? de l’homme, de nuire aux ressources biologiques et ? la vie des organismes marins, de porter atteinte aux agr?ments naturels ou de nuire ? d’autres utilisations l?gitimes de la mer.?

Cela se passa en juin 1972, et pendant toutes ces ann?es les gouvernants et les organisations internationales ne firent rien de d?cisif pour pr?server les ?cosyst?mes et? prot?ger les populations des calamit?s dues ? la pollution.

Apr?s le coup d??tat de Pinochet au Chili et l?entr?e en sc?ne de la mondialisation, les nations au lieu de chercher ? arr?ter l?h?morragie environnementale, incit?es par les nouvelles r?gles du libre-?change, se lanc?rent dans une guerre ?conomique meurtri?re. En peu de d?cennies elles provoqu?rent dans leurs propres territoires, l??puisement? des ressources indispensables ? la survie de leurs populations.

L?Amazonie tomb?e dans les mains de trafiquants et de politiciens v?reux est l?exemple m?me de la razzia op?r?e sur les grands ?cosyst?mes plan?taires indispensables ? la survie de l?humanit?. Partag?e entre neuf pays: Br?sil, Bolivie, ?quateur, Venezuela, Colombie, P?rou, Guyane, Guyane fran?aise et Suriname, menac?e par la s?cheresse et par une d?forestation impressionnante,? cons?quence de la rapacit? des multinationales, des lobbys agricoles et de la corruption? des principales institutions de l??tat, la plus grande for?t tropicale humide terrestre commence ? donner des signes d?asphyxie. Ecosyst?me vital, v?ritable poumon? de la plan?te, elle aide ? freiner le r?chauffement climatique, en diminuant le niveau de l?oxyde de carbone dans l?atmosph?re. Rien que la s?cheresse de 2005, en d?truisant une grande partie de son ?tendue, annula l??quivalent de plusieurs d?cennies de cette absorption (plus de 5 milliards de tonnes de CO2).

Contrariant? les principes? consign?s dans la d?claration Stockholm-72: d?fendre et am?liorer l?environnement, le Br?sil et les nations qui se disent copropri?taires de l?Amazonie se? livrent, en toute impunit?, ? sa destruction. En d?autres pays d?Asie, avec l?assentiment de leurs gouvernements, la m?me politique criminelle, conduite toujours par des multinationales et des lobbys locaux met en danger leurs grandes for?ts tropicales, toujours, devant l?indiff?rence des gouvernements nationaux et les? institutions internationales.? Toutes les grandes for?ts mondiales sont un don de la nature; essentielles ? la biodiversit? et ? l??quilibre climatique, elles ne peuvent ?tre propri?t? d?une nation, elles appartiennent ? toute l?humanit?, devraient, donc, ?tre ?mondialis?s? et, sous l??gide de l?ONU ou d?institutions internationales ?cologistes, pr?serv?es comme patrimoine de l?humanit?. La hausse des temp?ratures et le d?gel des calottes polaires introduiront des transformations g?opolitiques, en toute la plan?te, dont les cons?quences sont faciles de pr?voir: les? pays du sud conna?tront des p?riodes de grandes s?cheresses suivies de famines terribles; le niveau des mers montera et menacera les populations c?ti?res de tous les continents, beaucoup d??les et d?archipels seront engloutis par les oc?ans.

Qu?arrivera-t-il aux populations en danger de vie? Sommes-nous, habitants des terres hautes, pr?par?es pour secourir des centaines de milliers de r?fugi?s ? Comment se d?roulera le transvase des populations? Quel genre de? pr?cautions prennent les gouvernements locaux et les Nations Unies pour rem?dier aux cons?quences de ces futures catastrophes ? L?infortune de beaucoup de pays pourra ?tre le jackpot pour d?autres. Avec le d?gel, de nouveaux territoires, dans le nord de la plan?te,? deviendront des terres fertiles et susceptibles d??tre peupl?es, surtout apr?s la r?cente d?couverte, dans l?Arctique, de r?serves de p?trole et de gaz. Future zone de passage et de liaison entre l?Asie et l?Europe, cette r?gion du globe est convoit?e par les pays riverains qui, d?ailleurs, revendiquent, d?j?, leur possession: Russie, Danemark, Islande, ?tats-Unis, Norv?ge et Canada.

Comment r?agiront les autres nations, quand tout ce beau monde se pr?cipitera pour planter son drapeau sur des territoires dont les richesses devraient? ?tre partag?es par tous les peuples du monde et? plac?s sous la juridiction des Nations-Unies? Comment r?agiront les organisations internationales des Droits de l?Homme et? les ONG ?cologistes ? Rappelons ce passage de la d?claration de l?ONU, en 1972, ? Stockholm : ?Les ressources non renouvelables du globe doivent ?tre exploit?es de telle fa?on qu’elles ne risquent pas de s’?puiser et que les avantages retir?s de leur utilisation soient partag?s par toute l’humanit?.?

La plan?te est le foyer de tous les ?tres humains. Les richesses indispensables ? leur survie devront ?tre partag?es entre toutes les nations de la Terre.

Le jour o? la grande majorit? des peuples du monde conquerra le droit ? vivre dans de vraies d?mocraties, ce jour-l?, l?humanit? sera inspir?e par l?appel de la fraternit? et de la solidarit?, car notre esp?ce est une et indivisible. Alors, les gouvernements citoyens des futurs ?tats de Droit, mettront en marche un des grands projets du globumanisme: le partage et le repeuplement ?quilibr? des territoires terrestres fertiles et habitables par les populations d?plac?es, par les populations victimes de la faim et des guerres. Un transvase, ? l??chelle de la plan?te, des populations en risque, permettra r??quilibrer la densit? populationnelle mondiale, en remplissant des territoires peu ou pas du tout habit?s avec des migrants venus de r?gions arides et st?riles o? il ne fait pas bon vivre,? des r?gions o? l?on meurt de faim vers les r?gions fertiles o?? la terre n?attend qu?? nourrir les homes. Les peuples de l??re de la Survie,? migrants et autochtones, sauront d?velopper des activit?s ?conomiques de partage et interagir, social et culturellement.

Les ?tres humains ne cess?rent jamais de migrer tout le long de l?histoire. Sans les processus migratoires qui se succ?d?rent pendant des centaines et des centaines de milliers d?ann?es,? l?humanit? serait rest?e confin?e ? un petit territoire perdu dans l?immensit? du continent africain, et l?extraordinaire vari?t? d??tres qui la composent n?aurait jamais vu le jour et notre esp?ce se serait ?teinte. Les peuples parcoururent les routes de l?histoire, en se guerroyant? et en se rejetant par la faute des guerriers, des ? conquistadores? et des religieux fanatiques, mais un jour, un f?cond m?lange de gens de toutes les nationalit?s, ethnies et couleurs saura dicter le recommencement des grandes migrations du d?but de l?humanit?. La Terre, ne l?oublions pas, sera accueillante et f?conde si elle est, humainement habit?e.

Sejo Vieira

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

A propos des grandes générosités

Les grandes générosités   Mon grand-père faisait partie de ces gens qui aiment à déclarer ...