Accueil / L O C A L I S A T I O N / CANADA / ? LES VRAIS PATRONS ? SONT DERRI?RE LES RIDEAUX ? QUATRE TRAIT?S IN?GAUX

? LES VRAIS PATRONS ? SONT DERRI?RE LES RIDEAUX ? QUATRE TRAIT?S IN?GAUX

crise-financi?re

Les quatre Accords de libre-?change

Les ?lecteurs sont invit?s ? s?lectionner la clique ?lectoralistes (Lib?ral, Parti Qu?b?cois, CAQ, UMP, Socialiste, Front de Gauche, Conservateur, NPD, R?publicain, D?mocrate, Travailliste, etc.) qui obtiendra l?insigne honneur d?administrer les affaires de l??tat policier des riches, pour le b?n?fice exclusif des riches. Pendant ce temps, ?Les vraies affaires !? se n?gocient en catimini dans l?antichambre des parlements et dans les suites d?h?tels luxueux ? l?insu de ceux-l? m?mes ? politiciens ? qui demain seront forc?s d?ent?riner ces trait?s in?gaux ayant une grande incidence sur la vie des salari?s (1).

Quatre monstres commerciaux (quatre trait?s de libre-?change) sont en cours de n?gociation (ou a ?t? paraph?) par les guignols politiques aux ordres de leurs patrons. Ces accords ont pour noms : Accord de partenariat transatlantique (APT), qui, m?me s?il ne concerne directement que les ?tats-Unis et l?Union europ?enne, aura des cons?quences majeures au Canada-Qu?bec via l?Accord de libre-?change nord-am?ricain (ALENA) en vigueur depuis 1994 (2). Accord ?conomique et commercial global entre l?Union europ?enne et le Canada (AECG), le Trans-Pacifique Partnership (TPP) et Accord de libre-?change Canada Cor?e du Sud, le quatri?me fils de Belzebuth qui sortira des manigances des n?gociateurs cach?s derri?re des entr?es ferm?es (3).

Accord de partenariat transatlantique (APT)

L?APT, inspir? de l?Accord multilat?ral sur les investissements (AMI), r?v?le la revue Coup/Rage (4), est en n?gociation depuis juillet 2013 entre les ?tats-Unis et l?Union europ?enne. Ce sera un sommet dans le domaine de la d?r?glementation ! L?objectif des n?gociateurs patent?s est de contourner les r?formes mises en place par les gouvernements am?ricains et europ?ens suite ? la crise des subprimes de 2007-2008 (5). On se rappellera que ce montage financier, de type Pyramide de Ponzi, imagin? par les banquiers de la JP Morgan, consistait ? mettre en march? boursier des ?actifs? toxiques, amalgames de pr?ts hypoth?caires sulfureux ; approuv?s comme placements s?curis?s par les agences de notation am?ricaines (Moody?s, Standard and Poor?s), filiales des banques ?tatsuniennes qu?elles sont charg?es de surveiller (6). Ce sont ces ? actifs ? toxiques que la Caisse de d?p?t et placement du Qu?bec acheta par milliards et avec lesquels elle ? ?vapora ? 40 milliards de dollars des ?pargnes des salari?s qu?b?cois (7).

Accord commercial global entre l?Union europ?enne et le Canada

Cet accord (AECG) r?glementera plusieurs secteurs ?conomiques, le commerce des biens et des services, les investissements, la protection des investisseurs, l?attribution des contrats publics, la mobilit? de la main-d??uvre, les charges sociales. Selon le premier ministre Stephen Harper, cet accord aura plus d?impact sur la vie des Canadiens que l?ALENA en a eu depuis vingt ans (8). L?AECG renferme l?article 11 de l?ALENA, ce qui signifie que les administrations canadiennes des niveaux f?d?ral, provinciaux et municipaux doivent renoncer ? une partie de leur souverainet? et abandonner leur juridiction ? une Mission commerciale internationale (9). Cet accord ?conomique in?gal, avec la mise sur pied de tribunaux servant ? prot?ger les droits des entreprises priv?es canadiennes et europ?ennes, mettra l?ensemble de l??conomie canadienne sous le joug des corporations qui ont initi? des recours judiciaires pour l?abrogation du salaire minimum obligatoire, ou contre la limitation d??missions de gaz toxiques (P?rou), sans manquer d?autoriser les exactions de l?industrie mini?re internationale o? le Canada est un joueur majeur (10).

Tous les partis politiques canadiens, y compris les partis bourgeois qu?b?cois, ont applaudi ? cette mise sous tutelle du droit financier, minier, commercial, social et politique canadien et qu?b?cois. ? la lumi?re de ces accords supra nationaux importants et contraignants, tous auront compris que les vell?it?s s?cessionnistes dites frauduleusement ?ind?pendantistes? d?une fraction des bouffons de la bourgeoisie qu?b?coise sont risibles et nuisibles. Ces balivernes pseudo ?souverainistes? sont avanc?es tandis que l?on soumet l??conomie qu?b?coise aux diktats de la concurrence internationale sauvage. Cette bataille s?cessionniste r?trograde et r?actionnaire voudrait placer la classe ouvri?re ? la remorque des capitalistes qu?b?cois. Ces turpitudes s?cessionnistes dilapident les ?nergies ouvri?res et d?tournent la col?re ?tudiante et populaire des luttes de r?sistance quotidienne contre les politiques d?aust?rit?, et des combats pour la conqu?te du pouvoir d??tat par le prol?tariat. Malheureusement, la signature de p?titions de protestation, les manifestations pacifiques, les sit-in devant les places boursi?res ne suffiront pas ? faire reculer les apparatchiks politiques, sous-fifres du grand capital.

Trans-Pacifique Partnership

Cet accord est un trait? de libre-?change qui vise ? int?grer les ?conomies de la zone Asie-Pacifique. Ce trait? regroupe d?j? Brunei, le Chili, la Nouvelle-Z?lande et Singapour, auxquels veulent se joindre les ?tats-Unis, l?Australie, le Canada, le Mexique, le Japon et le P?rou. Les ?tats-Unis sont anxieux de se joindre ? ce regroupement avant que la Chine, sa v?ritable rivale commerciale, n?y adh?re, de fa?on ? n?gocier f?rocement les conditions d?adh?sion des Chinois. Les ?tats-Unis esp?rent ainsi mieux se positionner pour conserver leurs parts de march? dans cette r?gion d?velopp?e. Ce dernier avantage ne concerne qu?un certain nombre de produits cibl?s (avionnerie, automobile, armement, ?nergie, prospection, technologie des communications), les ?tats-Unis ?tant incapables de subvenir ? leurs besoins domestiques dans nombre de secteurs de production. Ce sont les plus grands importateurs de la plan?te et depuis 1970 leur balance commerciale est lourdement d?ficitaire. En 50 ans, depuis 1960, l?importance du commerce ext?rieur ?tatsunien a chut? de 571 % dans le PIB national, un revers ?conomique important. Sans compter que la balance des paiements courants (incluant les transferts de capitaux) est d?ficitaire depuis 1982, ce qui signifie que depuis trente ans le rapatriement des profits des multinationales monopolistes a cess? de compenser pour le d?ficit commercial gargantuesque (11).

Ce sont ces faits commerciaux qui entra?nent l?effondrement de la monnaie am?ricaine et non pas les tribulations de la monnaie ?tatsunienne qui am?ne la destruction de l??conomie de ce pays. Il en est de m?me pour la zone euro, ce n?est pas la monnaie commune qui pose probl?me aux pays du march? commun et qui entra?ne la crise europ?enne. C?est la d?g?n?rescence de l??conomie, l?ouverture des fronti?res ? la concurrence ?trang?re (des salaires de famine) ? l?int?rieure de l?Espace Schengen qui entra?ne les probl?mes mon?taires et sociaux dans toute la zone euro. La monnaie n?est qu?un outil, un instrument ?conomique ? si l??conomie s?effondre ? la monnaie s?effondre ? jamais l?inverse.

?Les effets de ce trait? (TPP) sont multiples : favorisation de la d?localisation d?emplois, pression pour importer la nourriture et diminuer les normes d??tiquetage, limitation de la libert? sur Internet, prolongation de la dur?e des brevets des m?dicaments (donc augmentation des frais, donc plus de risques pour la sant?), permission aux entreprises de poursuivre les pays qui entravent leur accumulation de profits et, bien s?r, d?r?glementation des march?s financiers? (12).

L?imp?rialisme canadien est tr?s actif dans cette r?gion du globe comme l?atteste la signature de l?Accord de libre-?change Canada Cor?e du Sud en mars 2014, ?liminant, une fois en vigueur dans un an, pratiquement tous les tarifs douaniers entre les deux pays, la Cor?e du Sud s??tant engag?e ? en effacer 81,9 % d?s le premier jour de son application tandis que le Canada a promis d?en retirer 76,4 %. D?autres droits de douane n?cessiteront des dizaines d?ann?es avant d??tre compl?tement ?limin?s (13).

Cependant, il ne faut pas se fourvoyer, ce que les oligarques (et les r?formistes gauchistes) appellent ?d?r?glementation n?olib?rale? est en fait la promulgation de nouvelles lois, de nouvelles normes et de nouveaux r?glements plus aptes, esp?rent-ils, ? assurer la valorisation de leurs avoirs de m?me qu?une reproduction ?largie du capital.

Nous l?avons soulign? pr?c?demment, ce ne sont pas les capitaux (productifs) qui font l?objet de la sp?culation des banquiers (puisqu?il y a de moins en moins de march?s ? conqu?rir il semble inutile de chercher ? produire davantage sinon pour se repartager les march?s), mais les devises, les monnaies, les ?critures comptables et les ?actifs sp?culatifs?, volatiles et fragiles parce que nullement adoss?es ? des marchandises ayant une valeur tangible, qui sont l?objet de leur convoitise. Ils savent tous pourtant que la sp?culation boursi?re sur du vent engendrera un nouveau krach boursier, mais ils ne peuvent s?en emp?cher. Ils seront d??us les capitalistes, car m?me en ?tendant mondialement leur pr?varication et la ?tonte des coupons? ? et m?me en ?largissant les aires g?ographiques d?accumulation des devises ? ils ne parviendront pas ? r?soudre le paradoxe de la baisse tendancielle du taux de profit moyen (alors que la masse d?argent augmente) inscrit dans les g?nes du syst?me ?conomique capitaliste parvenu ? son stade supr?me de d?g?n?rescence imp?rialiste moderne.

? ceux qui sugg?rent de contrebalancer la mondialisation n?o-lib?rale par la cr?ation de structures internationales dont la cr?ation d?alliances multinationales d??tats imp?rialistes qui cogiteraient des lois supranationales de r?glementation bancaire et mon?taire comme le Glass Steagall Act II (14), nous r?pondons que de telles agences de gouvernances et de tels organismes internationaux existent d?j?, ils ont pour nom ONU, OCDE, CPI, FMI, BM, OMC, OMI, OIT, OACI, Union europ?enne, et tous ils contribuent au saccage de l??conomie (15). Selon Le Monde diplomatique : ?Cinq ans apr?s l?irruption de la crise des subprimes, les n?gociateurs am?ricains et europ?ens ont convenu que les vell?it?s de r?gulation de l?industrie financi?re (sic) avaient fait leur temps. Le cadre qu?ils veulent mettre en place pr?voit de lever tous les garde-fous en mati?re de placements ? risques et d?emp?cher les gouvernements de contr?ler le volume, la nature ou l?origine des produits financiers mis sur le march?? (16).

De la n?cessit? de la crise ?conomique syst?mique

Le bon sens financier et la logique commerciale commandent que ces produits boursiers sulfureux soient prohib?s. Mais comme ils sont tr?s lucratifs, du moins pour les ?metteurs de ces papiers, et comme ils constituent la seule fa?on de faire tourner l?argent, d?un cycle ?conomique ? un autre, les banquiers ne peuvent s?en priver et ils travaillent sans rel?che ? d?r?glementer, en r?alit? ? modifier les r?glements des secteurs financiers, afin de r?introduire ces pratiques frauduleuses et ? terme suicidaires.

Les banquiers, les milliardaires, les politiciens et les oligarques sont totalement impuissants ? emp?cher le d?veloppement sp?culatif in?luctable de ce qu?ils appellent l??conomie ? irr?elle ?, et qui pourtant est bien r?elle comme le prochain krach boursier le leur rappellera. Ils ne sont que des pions, des apparatchiks de l?appareil financier, entra?n?s par les lois n?cessaires du d?veloppement ?conomique imp?rialiste moderne.

Sur ces lois ?conomiques, nul n?a de prise ? le mode de production et les rapports de production imp?rialistes modernes fonctionnent ainsi dans leur course au profit pour assurer la valorisation du ? capital mon?taire inflationniste ? (sic) et ils entrainent ainsi le syst?me ? sa perte inexorable. En effet, ce m?canisme purement mon?taire et sp?culatif est totalement dissoci? du cycle de valorisation et de reproduction du capital industriel et marchand. Si bien que la bourse peut engendrer des masses ?normes de profits mon?taires ? d?actifs corporatifs sp?culatifs frauduleux ? tout ce num?raire n?est que du papier, des entr?es aux livres de comptes corporatifs, sans aucune valeur mat?rielle r?elle, car aucune de ces inscriptions n?est pass?e par l??tape obligatoire de la production de plus-value industrielle et marchande ? l? ou se cr?e toute richesse sous le mode de production capitaliste-imp?rialiste.

Fondamentalement, c?est la compr?hension et la conscience de cette n?cessit? implacable des lois ?conomiques capitalistes qui distinguent un ?conomiste marxiste des diff?rentes variantes d?opportunismes et de r?formismes de gauche comme de droite. Les lois qui r?gissent le mode de production capitaliste ne peuvent ?tre transgress?es ? manipul?es ? modifi?es ? elles sont imp?ratives, obligatoires, imprescriptibles et contraignantes ; qui ne s?y soumet s?attire de graves probl?mes et qui leur ob?it appelle de graves crises syst?miques. Il n?y a aucune porte de sortie, et personne ne peut sauver ce bateau ivre lanc? contre Prom?th?e, voil? ce que Marx a voulu signifier ? l?humanit?. Ce mode de production doit ?tre renvers? et remplac? par un mode de production planifi?.

C?est la raison pour laquelle nous certifions que la d?r?glementation-r?glementation des secteurs boursiers, financiers, bancaires, mon?taires, du pr?t ? la consommation et des emprunts gouvernementaux (dette souveraine) vont se poursuivre parall?lement aux mesures d?aust?rit? qui accompagnent ces politiques ?conomiques suicidaires mais n?cessaires, n?en d?plaise aux r?formistes gauchistes et droitistes.

La politique de la classe ouvri?re

La classe ouvri?re existe plus que jamais, elle est peu pr?sente sur la sc?ne politique il est vrai, mais cela va changer. Le probl?me pour la classe ouvri?re et pour l?ensemble des salari?s ce n?est pas que ces accords commerciaux soient bilat?raux, plurinationaux, transnationaux ou multinationaux, le probl?me ce sont les objectifs que poursuivent tous ces accords, trait?s in?gaux et alliances contre nature. Ils visent ? cr?er les conditions juridiques, politiques, diplomatiques et militaires:

– pour une pleine expansion ?conomique imp?rialiste;
– pour assurer la consolidation de la division internationale in?gale du travail entre les diff?rents pays signataires;
– pour consolider l?accaparement des ressources naturelles (?nergie, minerais, for?ts, eau, agriculture, p?ches);
– pour favoriser le contr?le des march?s et de la production anarchiques;
– et surtout, ils ont pour but d?assurer la spoliation de la plus-value ouvri?re, le plus commod?ment possible par les grandes corporations monopolistes qui ne souffrent d?aucune all?geance nationale.

Le capital n?a pas ni patrie, ni nationalit?, il n?a pas d??motivit? et n?a pas d?all?geance de classe. Le capital sert celui qui lui permet de fructifier, de se reproduire et d?accomplir son cycle de reproduction ?largie jusqu?? sa disparition in?luctable.

La crise syst?mique de l?imp?rialisme moderne d?coule de cette contradiction. Malgr? l?extension sauvage des conditions, des normes, des lois, des trait?s in?gaux et des accords de non-r?ciprocit?, la tendance ? la diminution de la reproduction ?largie du capital ?productif? est inexorable et aucun trait? ne peut inverser ce cycle d?pressif. Abolir ces accords, d?chirer ces trait?s, rejeter ces alliances d?affaires, commerciales, ?conomiques et militaires ne sert ? rien. Chaque fois, le syst?me ?conomique imp?rialiste reconstituera ces partenariats n?cessaires ? l?accaparement de la plus-value ouvri?re et ? sa concentration monopolistique, car cette concentration est une condition oblig?e de sa reproduction ?largie ? finalit? ultime de ce mode de production moribond.

?La finalit? constante de la production capitaliste est d?engendrer, avec le minimum de capital, un maximum de plus-value (?) Dans cette conception les ouvriers eux-m?mes apparaissent comme ce qu?ils sont dans la production capitaliste : de simples moyens de production, et non une fin en soi, ni la finalit? de la production? (17).

Pour les ouvriers et leurs alli?s (les autres salari?s, les ?tudiants, les travailleurs immigrants), il est tr?s difficile de s?opposer ? la signature de ces accords n?goci?s en secret et sign?s par les gouvernements ? la solde des riches. Chaque fois que des r?f?rendums ont ?t? organis?s, visant ? faire ent?riner ces trait?s par les salari?s, ou bien les d?s ?taient pip?s, ou encore les r?sultats ont ?t? ignor?s. Cons?quemment, est-il futile de r?sister de toutes nos forces et par tous nos moyens aux cons?quences de ces trait?s et de ces accords in?gaux sur notre quotidien, au foyer, au travail, au bureau, sur le chantier, au supermarch? et dans nos quartiers ? NON ! Il est obligatoire, indispensable et n?cessaire que chaque ouvrier et ses alli?s r?sistent f?rocement et opini?trement, par tous les moyens ? leur disposition, aux cons?quences n?fastes, imm?diates et ? long terme, de ces trait?s in?gaux, de ces accords in?quitables et de ces alliances multinationales de non-r?ciprocit?. Lutter contre leurs effets sur notre pouvoir d?achat, sur nos conditions d?emploi, sur les cadences de travail, contre les mesures d?aust?rit? qui viennent avec la crise et qui servent ? faire payer ceux qui en p?tissent sans jamais avoir l?opportunit? d?apporter leurs solutions ? ces malversations en ?difiant une nouvelle ?conomie politique socialiste.

__________________________________________

(1) ? Ensemble, pour les vraies affaires ! ? ?tait le slogan ?lectoraliste du Parti lib?ral du Qu?bec lors des ?lections bidon du 7 avril 2014.
(2) On trouvera une description de l?ALENA ? cette adresse : http://www.international.gc.ca/trade-agreements-accords-commerciaux/agr-acc/nafta-alena/index.aspx?lang=fra
(3) http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/402255/libre-echange-le-canada-et-la-coree-du-sud-s-entendent
(4) Nous remercions le journal Coup/Rage de la CLAC de Montr?al, de nous avoir permis de nous inspirer de leur article. Coup/Rage. Printemps 2014. Page 11-12. http://www.clac-montreal.net/
(5) http://les7duquebec.org/7-au-front/la-crise-economique-dans-tous-ses-mefaits/. Voir aussi http://www.les7duquebec.com/7-au-front/grece-comment-sortir-de-la-crise/
(6) L?arnaque de type Pyramide de Ponzi est connue depuis les ann?es 1920 et pourtant les grandes banques d?affaires la pratiquent toujours avec quelques modifications cosm?tiques comme ici dans la vente de paquets d?hypoth?ques risqu?es que chaque sp?culateur refilait au suivant. Le drame de la Caisse de D?p?t et de Placement ?tant de s??tre fait prendre avec la patate chaude entre les mains entre deux transactions http://www.captaineconomics.fr/actualite-economique/item/375-pyramide-ponzi-systeme-pyramidale-madoff-albanie
(7) Robert Bibeau (2014) Le d?clin de l?imp?rialisme contemporain. 60 pages. T?l?chargez le feuillet gratuit http://www.robertbibeau.ca/VolumeDeclin.html
(8) Cet accord commercial r?cent est pr?sent? ici: http://fr.wikipedia.org/wiki/Accord_%C3%A9conomique_et_commercial_global. Voir aussi, http://www.les7duquebec.com/7-au-front/le-crash-boursier-est-a-nos-portes-et-les-experts-radotent/
(9) http://www.tradejustice.ca/fr/. Voir aussi http://www.international.gc.ca/trade-agreements-accords-commerciaux/topics-domaines/disp-diff/nafta.aspx?lang=fra
(10) http://www.monde-diplomatique.fr/2013/09/DENEAULT/4959
(11) http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?codeTheme=7&codeStat=NE.RSB.GNFS.Z&codePays=USA&codeTheme2=1&codeStat2=x&langue=fr . Voir aussi http://data.lesechos.fr/pays-indicateur/etats-unis/balance-des-paiements-courants.html
(12) Coup/Rage. Printemps 2014. Page 11-12. http://www.clac-montreal.net/
(13) http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/402255/libre-echange-le-canada-et-la-coree-du-sud-s-entendent
(14) http://fr.wikipedia.org/wiki/Glass-Steagall_Act
(15) http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_d?organisations_internationales
(16) http://www.monde-diplomatique.fr/
(17) Karl Marx, Le Capital, Th?ories Sur la Plus-Value II, ?ditions Sociales, pages 654. http://marxisme.fr/telecharger_musiques_mp3_livres_communistes.htm

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Sommes-nous tous complices de la globalisation ?

Milton Friedman soutenait la thèse selon laquelle le commerce libre et sans entrave générerait – sur ...