Accueil / A C T U A L I T É / « Le fondamentalisme islamique ne pousse pas dans les prairies normandes »

« Le fondamentalisme islamique ne pousse pas dans les prairies normandes »

« Le fondamentalisme islamique ne pousse pas dans les prairies normandes«  : le 14 juin 2014 sur France Info, Marine Le Pen « faisait à nouveau le lien entre « immigration massive » et dérives du « fondamentalisme islamique »comme le rapporte le Huffington post.

mlp prairies_opt

« Le fondamentalisme islamique ne pousse pas dans les prairies normandes » : l’a-t-elle vraiment dit ? C’est presque trop beau pour être vrai. Parce que justement si, Marine Le Pen, il arrive au fondamentalisme de pousser dans les prairies normandes. On a ainsi identifié un Français parmi les pauvres fous furieux qui décapitent pour le compte de l’État islamique – il y a des doutes sur un deuxième, dont on n’est plus sûr qu’il soit  Mickaël Dos Santos, « Né à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) en janvier 1992, d’origine portugaise mais naturalisé français en 2009, il a grandi au quatrième et dernier étage d’une petite barre d’immeubles sur les bords de Marne. Il y vivait avec ses parents, catholiques pratiquants, et ses deux jeunes frères », résume BFMTV. Mais le premier, c’est sûr, il s’agit de Maxime Hauchard, originaire de Bosc-Roger-en-Roumois, commune de 3 200 habitants à une trentaine de kilomètres de Rouen, en… Normandie.

« Le fondamentalisme islamique ne pousse pas dans les prairies normandes » : en une phrase, quel formidable condensé des préjugés et obsessions lepénistes ! De grossiers amalgames bien simplistes, qui désignent comme bouc-émissaires sur tous les sujets imaginables l’immigré arabo-négro-musulman-des-quartiers.

« Le fondamentalisme islamique ne pousse pas dans les prairies normandes » ? La bêtise, elle, pousse bien en tout cas dans les cerveaux malades des adeptes du Front national.

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

La des-assimilation posthume de Charles Aznavour

Lorsque j’étais enfant dans les années 50 et soixante, Aznavour ne parlait quasiment jamais de ...